In-Gok-Yu-Geo-Do par Jung Sun

In Gok Yu Geo Do par Jung Sun

In-Gok-Yu-Geo-Do par Jung Sun (1676 – 1759) au musée d’art Gansong à Séoul, Corée du sud

Étonnamment l’arrière plan de cette œuvre se déroule en plein milieu de Séoul, au 18ème siècle.

Pourtant, aujourd’hui notre capitale, qui concentre 20% de la population du pays, n’a pas du tout la même apparence. On trouve partout des grattes ciel et des bâtiments modernes.

Enfin cette évolution était obligatoire : depuis les années 60, beaucoup de coréens ont commencé à venir travailler à Séoul, et le gouvernement a dû trouver une solution efficace pour loger tout le monde, moderniser la ville et améliorer les conditions d’habitat.

Cette œuvre, nommée « In-Gok-Yu-Geo-Do », a été peinte par Jung Sun (1676-1759), un artiste très célèbre même de son vivant, qui avait les faveurs du Roi. C’est justement lui qui a créé une nouvelle mode en peignant de beaux paysages coréens, plutôt que d’imiter des peintures chinoises. (Je ne rentrerai pas dans les détails aujourd’hui mais à cette époque, les relations entre la Corée et la Chine étaient assez particulières.)

Le titre de l’œuvre est un peu compliqué, (même pour les coréens). En gros il signifie à la fois une vie tranquille et isolée au pied de la montagne Inwangsan et le nom que le peintre a donné à cette maison.

  • Arrière plan : le Mont Inwang

A l’âge de 52 ans, le peintre a aménagé sa maison au pied du mont Inwang. A l’époque, la capitale était beaucoup plus petite qu’aujourd’hui et le mont Inwang était l’une des 4 montagnes qui entouraient Séoul : Buk-aksan au nord, Naksan à l’est, Namsan au sud et Inwangsan à l’ouest. On va dire que c’était un peu comme le périphérique de la capitale.

(Dans un prochain article je vous présenterai pourquoi on a choisi Séoul pour capitale parmi d’autres villes, et depuis quand Séoul est notre capitale.)

  • Le jardin du peintre

Ensuite on trouve son grand jardin avec un saule et un paulownia (voir l’image ci dessous). On remarque facilement que ces deux arbres n’ont pas été peints avec la même technique. Je suis particulièrement impressionnée par l’harmonie entre le jardin et la montagne derrière.

Source: wikipedia.org This file is licensed under the Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license.

Paulownia impérial  (Source: wikipedia.org This file is licensed under the Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license.)

  • Sa maison et Jung Sun, lui même

A droite on voit sa maison, et le peintre est assis dans sa chambre avec une grande fenêtre ouverte. Ce dévoreur des livres n’oublie pas de peindre des livres empilés à côté de lui.
L’homme est dessiné très petit par rapport à la nature. Ce type de composition montre notre mentalité de l’époque, basée sur le Taoïsme : l’homme est un élément de la nature, ne peut pas être le centre de tout. Dans la nature il y a bien un flux global et l’harmonie de différents individus de la nature était très importante. Cela explique donc la modestie des Coréens face à la nature immense.

Cette œuvre exprime également le désir des élites littéraires de l’époque : c’est d’arriver à un état de vie unie avec la nature.

Note de Solip : Je ne suis pas spécialiste de la peinture ancienne. J’apprends en même temps que vous. N’hésitez pas à me poser des questions s’il y a des choses peu claires. Je chercherai et si je ne trouve pas d’info, je vous dirai honnêtement que je ne connais pas la réponse.