Chuseok, les coréens remercient leurs ancêtres

La semaine dernière, les Coréens ont fêté Chuseok, un des plus grands festivals nationaux du pays. En Français on peut l’appeler la Fête des récoltes.

Alors que Toussaint et Noel sont les deux plus grandes fêtes traditionnelles en France, chez nous les grands évènements sont ce Chuseok et le nouvel an asiatique. La date de ces deux grandes fêtes coréennes change chaque année car elle est calculée à partir du calendrier lunaire dont le mois compte 28 jours.

Le saviez vous ?
Chuseok est le 15ème jour du 8ème mois du calendrier lunaire.

La tradition de Chuseok existe depuis très longtemps, d’après mes recherches plusieurs fêtes de ce type ont commencé à exister même avant J-C, mais on trouve l’origine « directe » de cette fête au 1er siècle.

On fête Chuseok d’abord pour remercier les ancêtres pour ce qu’on a récolté. C’est la saison où on a plus de nourriture en abondance (le riz ainsi que différentes céréales qu’on mange quotidiennement), c’est donc le meilleur moment pour faire une pause, se féliciter de nos récoltes, les partager avec les autres, et pour nous rappeler de la grâce de nos ancêtres.

Comment remercier les ancêtres ? Avec des petites actions.

Je me rappelle que chaque année, quelques jours avant Chuseok, ma famille est d’abord allée voir le tombeau de mes grands parents (malgré des bouchons incroyables). Le jour de Chuseok, chez mon grand oncle, on a fait une cérémonie spéciale, avec un geste d’adoration de nos ancêtres suivi d’un un grand repas pris ensemble.

cimetière

cimetiere 3

paysage d’un cimetière coréen à l’occasion de Chuseok, Source : KBS News 9

charae 2

charae 3

Cérémonie d’adoration de Chuseok, Source: KBS News 9

C’’est aussi un moment pour réunir toutes les familles : à l’occasion de cette fête qui dure trois jours, toutes les familles se réunissent, passent du temps ensemble en préparant des cérémonies et des plats spéciaux et en faisant ensemble des jeux traditionnels.

C’est souvent l’homme aîné de la famille qui organise le grand repas ainsi que la cérémonie.

Quel paysage peut on observer pendant cette période ?
D’abord énormément de bouchons dans toute la Corée. A tel point qu’on appelle ce phénomène « la grande migration des Coréens » (je traduis comme je peux ;) ). La population est très concentrée dans des grandes villes. Les gens vont souvent en province pour retrouver leurs familles.

bouchon gare de seoul bouchon autoroute

bouchon autoroute nuit

Le bouchon de Chuseok est bien connu chez nous ! Source: TVN Joseon| MBC News

Dans le cas de notre famille, c’était l’inverse. Quand j’étais petite, on habitait à la campagne, on a dû faire facilement 7 h de trajet pour aller voir les deux familles de mes parents qui habitent en banlieue de Séoul. J’ai beaucoup de souvenir de cela : gestion des pipis pendant les bouchons, des grignotages sympas aux aires de repos… Une fois, on a même été impliqué dans un carambolage (je viens d’apprendre un nouveau mot français :) ) de vingtaines voitures. Quel bazar pour monter à Séoul avec un camion qu’on a dû attraper sur place !

En général, on passait le jour de Chuseok chez le grand frère de mon père, et l’après midi ou lendemain chez mes grands parents maternels. Cette tradition de passer la fête chez les deux familles est assez généralisée. Mon frère qui a épousé une « femme du sud » (du pays) a dû faire un long trajet après avoir passé le jour de Chuseok auprès de ma famille.

Ca fait maintenant 9 ans que j’ai arrêté de participer à cette fête traditionnelle. J’étais toujours en France chaque fois qu’on la fêtait. Aujourd’hui c’est devenu plutôt un souvenir de jeunesse que quelque chose de vivant :
D’abord je n’ai pas de famille ici et je ne suis pas vraiment en contact avec d’autres coréens qui habitent en France. Cela va changer mais pour l’instant c’est comme ça.
Ensuite l’ambiance joue un rôle important. En vivant ma vie quotidienne en France, je suis plutôt habitée à suivre les jours fériés français. Du coup je passe ces jours comme d’autres jours normaux, la plupart du temps je n’y pensais même pas. C’est en gérant ce blog que j’ai retrouvé mes souvenirs de jeunesse et je suis devenue plus sensible à la culture de mon pays.